venta


venta

⇒VENTA, subst. fém.
En Espagne, auberge isolée. J'ai passé dans une venta que dix-huit de ces messieurs avaient pillée la veille (...) mais je ne conçois pas ce que l'on peut prendre dans une venta, excepté des bancs de bois et la poêle à frire (MÉRIMÉE, Mosaïque, 1833, p. 514). [Alban] sortait de Séville par la route de Dos Hermanas, dépassait les ventas blanches et mauves (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 433).
Prononc. et Orth.:[]. Plur. des ventas [] (v. ROB. 1985). Étymol. et Hist. 1502-40 vente « auberge » (A. DE LALAING, Voy. de Philippe le Beau en Espagne en 1501, p. 202 ds REINH., p. 148), attest. isolée; 1654 Venta (L. COULON, Le Fidèle conducteur pour le voyage d'Espagne, p. 88, ibid., p. 149). Mot esp. signifiant « auberge de voyageurs » (dep. 1330-43, J. RUIZ d'apr. COR.-PASC.), sens partic. du cast. issu de venta « vente » (v. ce mot). Bbg. QUEM. DDL t. 18, 34.

venta [vɛnta] n. m.
ÉTYM. 1654; une première fois déb. XVIe, in D. D. L.; mot espagnol.
Auberge isolée, en Espagne. || Des ventas [vɛntas].
HOM. Formes des v. vanter, venter.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.